Fonds de la Cinémathèque de Bretagne
Fonds de la Cinémathèque de Bretagne

Fonds de la Cinémathèque de Bretagne

Description du fonds

Le fonds de la Cinémathèque de Bretagne, c'est quoi ?

C’est un fonds de 39 films, sélectionnés parmi les nombreuses archives que possède la Cinémathèque. Ces documents — tournés entre 1930 et 1992 — nous offrent un témoignage, parfois inédit, sur la pêche, l’agriculture et l’industrie en rade de Brest.

La Cinémathèque de Bretagne est une structure fondée en 1986, sous l’impulsion d’André Colleu, René Vautier et Jean-Yves Veillard. Leur objectif est simple : créer une vidéothèque bretonne chargée de collecter, sauvegarder et diffuser les films qui lui sont donnés ou prêtés. D’abord basée à Saint-Brieuc, la Cinémathèque finit par s’implanter plus durablement à Brest, en 1995. Deux antennes locales sont ensuite déployées à Nantes et à Rennes.

Récemment, l’institution dénombrait la collecte et conservation de plus de 50 000 éléments ! Parmi eux, 16 100 sont des films amateurs, tandis que 16 900 autres sont tournés par des professionnels.

La Cinémathèque de Bretagne, siège de Brest.

Comment déposer un film ? Si vous possédez des films amateurs représentant un témoignage de la culture et de l’histoire bretonne, n’hésitez pas à vous tourner vers eux. Vos archives pourraient ensuite être conservées et diffusées à un plus large public. Cela enrichirait la mémoire collective de la région, à notre plus grand plaisir ! 

Que peut-on trouver dans ces archives ?

Parmi cette sélection de 39 films, plusieurs archives documentent les temps forts de la vie brestoise. La destruction de la ville de Brest par les bombardements Alliés, la reconstruction du Pont de l’Albert Louppe, ou encore l’explosion de l’Ocean Liberty y sont immortalisés.

Côté mer, ces pellicules capturent toutes les étapes de la pêche en rade. La préparation des filets et dragues, les sorties en mer, le triage des prises, ainsi que leur vente y sont renseignés. Pour beaucoup, ce sont des caméras embarquées par les pêcheurs d’huîtres, de coquilles, de praires ou de pétoncles qui nous offrent ce témoignage.

Côté terre, les gestes des paysans et paysannes sont illustrés au travers de scènes de fauchage, moisson et mise en bottes des récoltes. Ces images mettent un coup de protecteur sur des pratiques exercées tant sur la côte (fraises de Plougastel) que dans les terres (moisson à Pont-de-Buis).

L'intérêt de cette contribution ?

Pour vous

Grâce à ce partenariat, ces films cultivent et entretiennent notre mémoire collective. Elle offre  un nouveau support sur lequel les scientifiques peuvent appuyer leurs recherches. Mais surtout, c’est une belle (re)découverte des lieux et  pratiques d’hommes et de femmes qui ont façonné le paysage de la rade et de ses bassins versants.

Pour nous

Ces films nous offrent un beau témoignage de l’histoire de la pêche, de l’agriculture et de l’industrie en rade de Brest, au XXe siècle. Quels instruments sont utilisés ? Quels gestes sont adoptés ? Quels sont les paysages de la rade et des bassins versants au XXe siècle ? Certains d’entre eux nous informeraient-ils d’éléments inédits ?

Envie de contribuer ?

Les films

Dragage des huîtres au Relecq-Kerhuon – Corentin Beauvais – 1949 – Archives Cinémathèque Bretagne

Auteur : BEAUVAIS Corentin

Date : 1949 précisément

Description : Scène de dragages d’huîtres plates sur le banc de l’Elorn (le Relecq-Kerhuon). De nombreux navires participent à la pêche, si bien que les abordages ne sont pas rares. Les dragues remontées sont assez remplies et le triage des coquilles s’effectue après la pêche, au port. Les petites coquilles seront ensuite remises à l’eau par les pêcheurs et sur des bancs déterminés par l’autorité maritime.

Faucheurs de Logonna-Quimerc’h – Jean Lazennec – 1961 – Archives Cinémathèque Bretagne

Auteur : LAZENNEC Jean

Date : 1961 environ

Description : Plusieurs paysans fauchent un champ de froment sur les bords de l’Aulne. Au premier plan de ce paysage vallonné, le rythme est cadencé par les chants bretons. Une fois la journée terminée, hommes et femmes rentrent au village pour célébrer le fauchage autour d’un verre. Là encore, les chants animent la soirée. Pendant ce temps, un cheval de trait fait chauffer la meule pour moudre le grain.

Vous devez être connecté(e) pour nous suggérer une référence.

Vous devez être connecté(e) pour nous suggérer une référence.